Archives du mot-clé aréchal

27 « DEPUTES » BRETONS, obéissant à leur parti, par crainte de ne plus bénéficier des rentes d’Etat, viennent de se ranger eux-mêmes parmi les traitres à leur pays .

 

 

LA BRETAGNE N’A AUCUN ENNEMI DANS LE MONDE, SAUF UN : MAIS IL EST FEROCE. NOUS L’AVONS DEVANT NOUS DEPUIS LE SIXIEME SIECLE : IL FAUT ABSOLUMENT S’EN DEBARRASSER. ET NOUS LES AVONS SUR LE DOS, CHAQUE JOUR, DEPUIS LA MORT DE LA DUCHESSE, EN 1514.

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

UN VOCABULAIRE ENFIN ADAPTE AU COMBAT QUE MENE LA BRETAGNE : LA TOTALE RECUPERATION DE SES DROITS, NATIONAUX ET INTERNATIONAUX.

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Le journal LE TEMPS, de Genève, avec qui je suis en relations, critique très sévèrement le découpage de la France, sans préparation, sans consultation des populations ni des élus, réalisé à la petite semaine, par d’authentiques insuffisants mentaux. Une monstruosité. Les Alsaciens et les Bretons  sont consternés par le mépris de ce pouvoir parisien désastreux, constitué de pieds nickelés, qui n’a même pas réfléchi aux compétences des futures régions avant d’en dessiner le tracé. Ces faits constituent des fautes politiques graves, qui vont relever de la justice, avant quelques années. Le pire : des collaborateurs ont accepté d’être associés à cette monstruosité.
Lire l’important article de Richard Werly, dans le Temps, édition du 28 novembre 2014 :

 

Un député Suisse, recevant une délégation française récemment, stupéfait par l’ insolence dévergondée et ronronnante de ces étranges animaux, écrit :

« Le cancre de l’Europe (= la France), ose faire la leçon au premier de la classe ( = la Suisse) !

 

Nous les avons sur le dos depuis le 9 janvier 1514, date de la mort de la Duchesse Anne, morte trop jeune pour nous protéger de cette SHOAH..

Combien de fois, depuis des années, ai-je répété que devant la France, il ne faut pas courber l’échine, mais se dresser de toute sa hauteur, et parler un langage dru, dur, sans concession, en un mot : celui de la vérité. Ces gens, qui ont colonisé le monde, au nom de leur civilisation, qu’ils ont présentée partout comme le chef d’oeuvre de l’humanité, sont aujourd’hui déstabilisés, car eux qui nous ont humiliés pendant des siècles, les voilà enfin conscient de ce qu’ils ont fait.

louis-melennec-politique

 

Nous n’avons RIEN à demander à la France : NOUS EXIGEONS.

Nous exigeons qu’elle s’en aille, et qu’elle indemnise les effroyables dégâts de sa colonisation abominable.

Malheur à celui qui courbera la tête devant le colonisateur !

Le vocabulaire utilisé par les Bretons s’enrichit enfin : on parle clairement aujourd’hui de traitres, de vendus, de collabos. Après 7 seiz, Bretagne réunie, même le doux et timide LE FUR s’y met ! M. Urvoas, familier des opportunités, va-t-il adapter son vocabulaire aux temps nouveaux ? Bien sûr !

Que de temps perdu ! Quelle tristesse d’avoir été massacrés par ces minables !

Ce fut un de mes buts en écrivant, que de lever ce tabou verbal, très nocif. Il y a seulement dix ans, personne n’osait le dire clairement en Bretagne. Les prétendus « députés » et « sénateurs » ne le deviennent que parce que l’ennemi millénaire, par la maîtrise de leur carrière politique – qui passe obligatoirement par l’investiture accordée non par les électeurs, mais par le marigot des états-majors des partis français -, leur donne l’onction pour se présenter aux élections, c’est à dire pour être élus. Le choix des électeurs est une mascarade : ils n’ont le droit que de confirmer le choix qui a été fait en dehors d’eux, sur des critères de magouilleurs, carriéristes, centré sur des nombrils, des égos, des ambitions presque toujours médiocres, le tout sur fond d’incompétence, de nullité (souvent absolue : Ayrault, Le Drian, Lebranchu). Quelques-uns, bien sûr, sont assez courageux et sincères. Quelques-uns, même, ne sont pas totalement incompétents. Beaucoup ont la fibre bretonne, mais rasent les murs : l’avoine a meilleur goût qu’un brouet clair. Le « système » les tient : « Ne parlez surtout pas de moi, m’écrit l’un de mes lecteurs – aujourd’hui nombreux -, « lis sont capables de me priver de mon salaire; si cela arrive, ce sera dramatique « . L’un des précédents directeurs de l’Institut culturel de Bretagne m’avait dit : « J’ai des enfants à nourrir, je dois être prudent ».

Cette fois, la Bretagne a vu clair, parce que les choses sont tellement gosses … Les langues se délient, les médias authentiquement bretons se déchainent : BIENTÔT, MÊME LA PRESSE COLLABO, comme en France en 1945, va les maudire. Ils l’ont voulu, ils l’ont cherché : C’EST BIEN.

Le Drian a été au dessous du lamentable. Lebranchu est du même niveau que Rachida Dati,  pire. Ayrault est un cas pathologique. Mais pourquoi donc la France impose à ses citoyens de pareilles nullités ??? Pourquoi laisser ces imbécile détruire le pays ?

27 « députés », tous socialistes, se sont vautrés dans le camp du déshonneur. C’est définitif. Leur attitude provoque pire que le dégout. Ce clan des 27 a voté CONTRE LEUR PAYS, LA BRETAGNE.

 

Je propose une sanction terrible, terrifiante : qu’on refuse désormais de leur serrer la main, qu’on ne leur parle plus. JAMAIS, jusqu’à leur mort.

 

……………………………

LA FRANCE, ETAT VOYOU. Mes propos, dans un passé encore récent, ont pu paraitre parfois excessifs, tant ils étaient drus. Les temps ont passé : on a vu, et on voit tous les jours de quoi l’Etat français, outre la sottise de ses « dirigeants », est capable.

Il est nécessaire, pour lever les derniers doutes – s’il en existe -, de lire le livre ci-après, publié par Albin Michel sous le titre : L’ETAT VOYOU. Cette lecture sera bénéfique : elle vous prouvera qu’aujourd’hui vous pouvez parler librement, et que vous ne devez pas vous gêner pour le faire. Je ne vous souhaite pas bon appétit, vu que la trajectoire de votre repas va sûrement s’inverser.

http://www.albin-michel.fr/L-Etat-voyou-EAN=9782226245427

A l’époque où peu d’auteurs osaient s’exprimer clairement, quelques-uns, toutefois, l’ont fait. Jean MONTALDO a été de ceux-là. Ses livres sont féroces et assassins. En 2001, en particulier, il avait publié un brulot sous le titre : « Les voyous de la République ». il n’a épargné personne. Surtout pas François MITTERRAND ni les tristes sires de son entourage. Mais les tirages, non soutenus par les médias aux ordres de la censure, et aux journalistes percevant des cachets pharamineux, n’en ont pratiquement pas parlé.

 

 

Notre Livre Bleu, recommandé à ce jour par une quinzaine de sites internet, est TOTALEMENT IGNORE DE LA GRANDE PRESSE, et, est-il besoin de la dire, des médias COLLABOS bretons.

Bretons timides et peureux, donc : parlez, exprimez vous, surtout sur la colonisation dont vous êtes victimes : IL NE VOUS ARRIVERA RIEN, si vous écrivez en français correct, sans insultes, et si vous dites strictement la vérité.

 

 

LES TOTALITAIRES  et Nazillons français NE SONT JAMAIS QUE DES INSUFFISANTS INTELLECTUELS. LES COLLABOS BRETONS NE SONT QUE CE QU’ILS SONT : MEPRISABLES, et aujourd’hui démasqués, et désignés par leurs noms. A toutes les époques de l’histoire du monde, les collabos carriéristes ont toujours été vomis par les populations.

L’Etat violateur des droits des peuples a la prétention de vouloir supprimer les Nations incluses de force dans les frontières qu’il a fixées d’une manière unilatérale, sans avoir jamais consulté les populations intéressées. Une fois de plus les Bretons, ces rêveurs impénitents, ont rêvé de lendemains qui chantent. Lorsqu’il faisait campagne pour être élu, M. LE DRIAN ne leur avait-il pas laissé entrevoir, lui dont l’amour de sa vie est la Bretagne, que celle-ci rentrerait dans ses droits à Nantes, et serait Libérée ?

Plus de 90 pour 100 des Alsaciens ont témoigné de leur volonté de rester Alsaciens. Que fait la France des droits de l’homme ? Elle viole le droit.

 

 

L’EVOLUTION DU DROIT INTERNATIONAL EST POUR NOUS. L’EVOLUTION DES REGLES DE DROIT EN FAVEUR DE LA MISE EN CAUSE DES POLITIQUES L’EST AUSSI

Cessons, écrit un lecteur, de mettre en cause un Etat anonyme, ou des administrations irresponsables, mais des personnes nommément désignées.
Un processus, plus ou moins latent jusqu’alors, s’est mis en place au moment de ce redécoupage stupide des régions françaises. Les Bretons, s’expriment dans des blogs – et même dans des revues officielles comme celle, excellente, publiée par BRETAGNE REUNIE, prononce des noms, ou posent des questions claires derrière lesquelles se profilent des silhouettes très claires, des intentions plus que louches :

– Quel est le principal acteur de la débretonnisation de Nantes et de la Loire Atlantique  ?………Répondez : vous avez tous gagné !

– Quels sont les deux responsables principaux de la Bretagne à 4 départements, alors que la population leur intimait l’ordre de se battre jusqu’au sang pour que notre pays soit reconstitué dans ses droits historiques ? …..

 

RELIRE ABSOLUMENT : Le sabotage de l’Histoire de la Bretagne par l’Etat-voyou. La présente affaire démontre qui l’Etat totalitaire qui vous a colonisé est capable pour vous castrer de votre identité :

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Ceux qui doutaient encore, intoxiqués par le lavage incessant des cerveaux dont ils sont lessivés, ont maintenant les yeux bien ouverts. L’ONU a raison de condamner la présence française en Polynésie. La France n’est dans ces contrées que par l’effet d’un processus de colonisation. Elle s’est emparée par la force de ces territoires, elle y a exporté ses nationaux, combattu les langues et les coutumes locales. Les dégâts sur la nature, la pollution par la radioactivité et autres déchets de sa « civilisation », niés encore aujourd’hui, scandale mondial, sont effrayants ; encore une conquête des droits de l’homme.

 

NOUS NE DEVONS EN AUCUN CAS BAISSER NOTRE PAVILLON, LE GWEN-HA-DU, qui flotte désormais victorieusement sur notre pays. On verra de moins en moins de drapeaux français. Ne cédez pas au découragement. Notre peuple existe depuis l’antiquité. Les nazillons ne peuvent vaincre, devant la volonté clairement exprimée de toute une Nation : ils ne sont rien d’autre que les héritiers de l’abominable machine à exterminer deux cents millions de victimes innocentes, nous sommes le défenseurs des droits de l’homme et des peuples.

 

COURRIER DES LECTEURS.

Avant que le découragement ne s’empare de la population, j’ai relancé quelques correspondants. Je rappelle que, sauf pour quelques uns, dont la passé en faveur de la Bretagne est connu, aucune identité n’est révélée à personne, et que, s’il y a lieu, je garde seulement la substance de leurs lettres.

 

Marcel Texier, ex-président de l’OBE (Bretons du Monde). « La France est le pire ennemi de la Bretagne. Elle le montre tous les jours, en poursuivant impitoyablement la destruction de sa culture et de sa langue, en privant le peuple de son histoire, en charcutant son territoire. Alors, demander à une institution française qu’il soit fait justice, en quelque domaine que ce soit, au droit des Bretons, c’est une absurdité. J’ai mis du temps à comprendre ces choses. Je suis sûr que beaucoup de Bretons, sont maintenant de notre avis, et ont (enfin !) ouvert les yeux ».

LM.  « C’est PIRE : depuis le 6ème siècle, en dehors de quelques conflits avec l’Angleterre, NOUS N’AVONS EU QU’UN SEUL ENNEMI FEROCE AU COURS DE L’HISTOIRE : LA FRANCE.

Tous les autres ont été nos amis : l’Ecosse, l’Aragon, la Castille, la Navarre, le Saint Empire … … Aujourd’hui, tous les pays nous estiment … sauf notre ennemi héréditaire – son gouvernement, en tout cas, dont la dernière SALOPERIE lui sera fatale : l’amputation de notre territoire national, votée par des députés complaisants, appointés par l’Etat français pour cela – avec nos deniers, bien entendu.

C’est le thème que nous devons tous clamer maintenant : la France est non seulement le pire ennemi de la Bretagne, elle est presque le seul que nous ayons eus au cours de notre histoire, depuis le sixième siècle.

Les dégâts commis par notre voisin de l’est en Bretagne sont colossaux.
Des Bretons, sachant que la France n’autorisera jamais l’enseignement de notre histoire dans nos écoles, et continuant entoure impudeur à imposer la sienne – avec notre argent -, ont décidé de prendre en mains l’enseignement de notre histoire, de notre civilisation, de nos valeurs. La France est et sera définitivement exclue de cette entreprise : les mensonges, les manipulations mentales, cela suffit ! Vous allez voir que, de simplement de parler de créer un enseignement de l’histoire, en dehors de l’Etat occupant : LES COLLABOS vont s’emparer de l’idée, et s’y mettre ! Comme après la chute du Maréchal Pétain, ils vont brâmer partout qu’ils sont des résistants !

 

M. H. Vannes, docteur en histoire. Mon constat est le même que le vôtre : Les politiciens ne savent rien… Et chaque fois qu’on leur parle de l’histoire de leur pays, ils tombent des nues, ou presque. En fait, ce sont des hauts-fonctionnaires, qui nous emm… Pas de la nouvelle génération, non, des gens de 50 à 60 ans, bien formés par d’autres à la retraite, mais toujours en activité. Ils agissent bien planqués. Il me manque des noms… Une liste de noms pour les faire connaître : ils vont détester… Ne pas oublier une chose : ils adorent l’argent et veulent garder leur traitement de 15 à 20 000 euros.

Réponse. Initiez les, ensemencez leur esprit stérile par l’envoi internet du livre bleu de la Bretagne. Ils n’ont jamais rien compris, et ne comprendront pas, en tout cas tout de suite .. Mais vous déclencherez chez certains une secousse de leurs méninges engourdies …

 

– M. H. Quimper. J’ai lu votre livre sur l’histoire de la Bretagne avec beaucoup d’intérêt … Il y  a 20 ans, l’avenir de la Bretagne semblait être une lente digestion dans la France. Je pense que les choses changent. J’aimerais beaucoup avoir votre avis ….. notamment sur notre dépendance énergétique …. J’ai interpellé certains politiques députés, et autres. Mais c’est sans espoir à court terme, tant leur niveau est faible, sans parler d’un réel intérêt de leur part sur la vraie vie.

Réponse. La Bretagne n’est absolument pas dépourvue de ressources énergétiques : le vent, la force des marées, le soleil (dans le sud) ne sont pas encore exploités d’une manière suffisante.  Des progrès considérables sont à attendre des recherches en cours partout dans le monde, qui permettront d’accroitre les faibles rendements actuels, par le simple jeu des progrès techniques. Notre littoral et notre plateau continental ne sont pas encore explorés. Qui aurait prédit d’Israel découvrirait au voisinage de ses côtes de très vastes réserves de gaz ? … L’énergie n’est pas tout : voyez le Japon, la Suisse … Nos atouts sur le plan mondial – pas seulement européen – sont énormes. Il faut que les Bretons s’informent, ouvrent les yeux, et …. agissent : là est le problème. Vous pouvez y contribuer en adressant par mail à vos politiques – dont vous soulignez le plus que lamentable niveau – le livre bleu de la Bretagne, qui est téléchargeable partout, et le programme politique que je propose pour une Bretagne qui accepterait enfin d’ouvrir les yeux, et de passer aux actes. Les choses évoluent à vue : les Bretons ne supportent plus d’être sous la dépendance des pieds nickelés incompétents de Paris, encore moins d’être prisonniers de l’hypocrisie de leurs « élus », qui ne sont, pour les parlementaires, que des rentiers de l’Etat français, et qui sont enfin désignés comme ce qu’ils sont : des pleutres, pire : des traitres.

http://louis-melennec.fr/2013/07/20/programme-politique-pour-la-bretagne-souveraine/

– M.V. Guingamp.  » Vous avez raison, il s’agit d’un véritable coup de force stupide du pouvoir jacobino-collectiviste, pour  tenter de « neutraliser » les territoires où il perçoit une  volonté autonomiste : l’Alsace, la Bretagne, le Pays Basque, la Savoie. C’est peine perdue : humiliés une fois de plus, les populations concernées vont cette fois manifester avec davantage de violence leur revendication : le droit d’ avoir une identité propre, non d’être fondues dans une masse de zombies dans laquelle on voudrait les néantiser. Mais qui sème le vent récolte la tempête et le pouvoir pourrait bien être amené à regretter ce coup de force. »

 

– M. T. Saint Nazaire. « Ce que certains découvrent aujourd’hui, je l’ai vécu dans ma chair depuis longtemps…. je ne suis en aucun cas choqué par la sévérité de vos propos à l’égard de la France (et de la Bretagne, d’ailleurs), ni par votre indignation, car je connais l’histoire de la Bretagne, les invraisemblables cruautés perpétrées dans ce pays par celui qui prétend avoir inventé les droits de l’homme … L’un de mes très proches parents a exercé des fonctions importantes dans l’immobilier .. J’ai donc été le témoin des opérations de racket dont nous étions victimes, sans pouvoir nous plaindre, car les plaintes étaient classées par le procureur de la République. Je n’ai jamais autant vomi que pendant cette période. Il est vrai qu’il y avait une omerta, et que peu de personnes étaient au courant du cancer qui gangrenait la société, y compris en Bretagne. 

J’ai connu la guerre des fausses factures en Bretagne, spécialement dans la région nantaise.

Qui se souvient de ce maire d’une petite ville jouxtant Nantes, trouvé suicidé chez lui, le matin du jour où il était convoqué – enfin -, par le juge d’instruction. Maleureusement, ces faits sont prescrits, il ne sera pas possible d’y revenir.

Réponse. Je suis plus optimiste que vous. L’arrêt récent de la cour de cassation étend la prescription au dela de dix ans pour les crimes, lorsqu’il est avéré qu’un obstacle  insurmontable a rendu les poursuites impossibles. Or, dans nombre de cas que vous citez, des interventions politiques ont rendu impossible les instructions. Un coup de pouce à la jurisprudence, et l’on pourra encore élargir la prescription à certains délits, en raison de leurs auteurs (des politiques ou des élus), et de leur gravité. Une association remarquable – dont je suis membre -, Contribuables associés, qui compte plus de 300 000 membres, s’emploie à mette en cause la responsabilité des filous. La société évolue, les magistrats condamnent lourdement, lorsqu’ils le peuvent. Le mouvement ne peut que s’accentuer. La population, jadis strictement non informée, est maintenant largement au courant de ce que j’ai vu, moi aussi, au cours de mon exercice professionnel.

 

– M. D. Paris.  « L’acte qui vient de se dérouler à Paris est un acte nazi. Il vise à étouffer les nations périphériques, qui SONT PROTEGEES PAR LE DROIT INTERNATIONAL. Aux premiers rangs de celles ci : Les Bretons, les Basques, les Alsaciens … On dira que ce sont les lois de la démocratie. NON, NON, NON : c’est aux peuples, protégés par l’ONU de décider de leur destin, non à des pieds nickelés … Les députés sont aux ordres, et reçoivent des directives du gouvernement ou de leur « groupe » ( = leur groupe maffieux), à peine d’être exclus s’ils n’obéissent pas, et de ne pouvoir prétendre à obtenir l’investiture pour les élections suivantes, c’est à dire à rester au bord du chemin. IL N’Y A AUCUNE DEMOCRATIE EN FRANCE. Par bonheur : aujourd’hui tous le savent ….  »