Archives du mot-clé a

L’OEUVRE HALLUCINANTE DE LE DRIAN : NANTES, capitale des Bretons, est AUX MAINS DES FRANCAIS. LA BRETAGNE EST PUNIE DE SA LÂCHETE : C’EST BIEN FAIT POUR ELLE .

 

Cet article est en cours d’élaboration.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

La Bretagne et les Bretons viennent de se faire administrer une claque magistrale :  Toute faute mérite sanction, c’est justice, il vient un moment où les lâches doivent recevoir la râclée qu’ils méritent. Qu’une nullité placée au sommet de l’Etat d’à côté ait pu imposer cela, nullité reconnue telle par tous et par toutes, de tous bords, au mépris de la volonté farouche des populations, avec la complicité active ou passive d’un quarteron de Bretons, laisse pantois : on est incrédule, on se pince car on ne croit pas que cela soit vrai.

Bravo mesdames et messieurs les Bretonnes et les Bretons, plus tard, on pourra dire de vous : ILS ONT MERITE DE LEUR PAYS, CE SONT DES HEROS.

Voila vingt ans au moins, en ce qui nous concerne, qu’on leur donne TOUS LES ARGUMENTS POUR RECUPERER LEURS DROITS IMMEMORIAUX : l’histoire, les invasions, la destruction des institutions, la destruction de la langue, les massacres, le génocide brito-vendéen, les atrocités abominables commises par les armées françaises, les humiliations insensées infligées à notre Nation depuis la prétendue révolution universelle dite « des droits de l’homme », les violations quotidiennes du droit européen, du droit international, des principes élémentaires du droit, les droits sacrés des hommes. Rien n’y fait : on patauge, on rampe, on s’humilie, on broute, on lèche, on va manger dans la main de ceux qui ont fait nos malheurs. Des Bretons ont  encore accepté, il y a deux ans, d’aller à la soupe, en acceptant des fonctions dans le gouvernement français. On leur a dit, le plus clairement possible : « n’allez pas à la soupe : cette fois, elle va vous sauter à la figure, elle va vous étouffer, sinon vous étrangler ». Aujourd’hui, les mêmes s’aplatissent  devant ce prétendu plan de partage du territoire, qui laisse aux mains des Français la perle de notre patrimoine historique : Nantes et sa région. Ils n’ont bronché ni avant, ni pendant, ni après l’infamie qui vient de se commettre. Ils n’ont jamais rien fait. Ils ne feront jamais rien, n’ayant compétence pour rien. Si, pour une chose : ils vont maintenant ramper encore davantage, pour essayer de se raccrocher aux branches, et pour retourner leurs vestes, pour faire croire aux Bretons qu’ils sont Bretons, parce que le moment est venu de se déclarer patriotes, et qu’ils réalisent que tant de lâcheté va leur coûter leur cher casse-croute aux prochaines élections.

Sommes nous maudits ? C’est pire : nous appartenons à un peuple qui ne cesse de plier l’échine, et qui se satisfait de sa condition d’esclave.

Avant nous, il y a eu les autres; avant les autres, encore les autres; avant ceux-là, d’autres encore. J’ai démontré – après ou avec d’autres historiens, je le souligne -, que la résistance bretonne ne commence pas au 19ème siècle : elle a commencé dès 1492, quelques mois après le mariage forcé de la Duchesse Souveraine ANNE de BRETAGNE, en décembre 1491; elle a été continue, jamais interrompue – sauf après les massacres abominables de 1675, les Français ayant déversé sur la Bretagne 10 000 (je dis : dix mille) soudards se livrant à des viols, des sévices corporels, des vols, des tortures, des meurtres, des incendies, des pendaisons par milliers, ont littéralement mis les Bretons terrifiés à genoux, jusqu’à la mort de l’homme responsable de ces tueries, Louis XIV, roi des Français, qui eut le mauvais goût de ne mourir que quarante ans plus tard, le 1er septembre 1715, laissant un royaume de France ruiné, une Bretagne asphyxiée et détruite. Pourquoi ce massacre ? Aucun journaliste français n’a cherché à le savoir, et n’aurait rien su si je n’étais répétitivement intervenu auprès des médias, par mails répétitifs et insistants, pour leur adresser l’article que j’ai publié jadis dans ABP sur cet épisode abominable de notre histoire, et de la férocité de nos tortionnaires.

Sachez que si des allusions à l’histoire et au problème breton sortent maintenant dans la presse française, que cela n’est pas l’effet de l’opération du Saint Esprit, mais d’une stratégie voulue, acharnée, menée sans faiblesse  auprès de ces médias – et sans aide aucune – depuis plus de quinze ans.

 

Les Bretons savent-ils encore vomir ???

Qui tend les fesses pour qu’on leur cogne dessus se fait botter le cul, dit le proverbe : c’est fait, une fois de plus. Voila les Bretons à nouveau humiliés. D’une manière magistrale. Cette fois l’écrasement des cerveaux n’opérant plus en Bretagne,  ils avaient tous les moyens d’agir : ILS ONT ENCORE ECHOUE, malgré toutes les armes dont ils disposent. Voudrait-on le faire, qu’on n’y parviendrait pas !

Accuser sans cesse les autres de ses propres insuffisances est insupportable. Ce n’est pas la France que j’accuse : elle joue son jeu, ce qui, en somme, est normal. Par nécessité, j’exalte ici quelques fois le peuple breton; croyez vous que je ne suis  pas lucide ? La lâcheté bretonne, je sais  ce que c’est, pour en avoir éprouvé les effets, dès le début de nos interventions sur internet pour restaurer la vérité et l’histoire falsifiées de la Bretagne. A l’exception des jeunes courageux qui manifestent leurs convictions en brandissant partout nos emblèmes nationaux, la Bretagne a cherché ce qui lui arrive, par sa veulerie.

L’INCROYABLE, L’EFFARANTE PROPENSION DES BRETONS A INJURIER LEURS CONGENERES.

M. TROADEC, maire de CARHAIX, fondateur des vieilles charrues. Il y a peu, cet homme courageux a annoncé sa candidature aux élections présidentielles de 2017, pour y brandir nos couleurs nationales. L’a-t-on remercié avec effsion de sa décision ?

NON, BIEN SÛR : les loups et les bêtes sont plus féroces en Bretagne qu’ailleurs. Des avalanches d’injures se sont abattues sur sa couenne. Des tonnes d’injures ont été aussitôt déversées sur lui, et pas des plus tendres : voici quelques unes que j’ai relevées : ….

Qui sont les auteurs des ce insanités ? Des Français ? NON ! DES BRETONS ! Là où il y a injures et jalousie, des Bretons sont toujours au premier rang …

Sachez, M. TROADEC, qu’au nom de ceux qui applaudissent à votre décision, au nom des courageux qui ne se sont pas manifestés, JE VOTERAI POUR VOUS. Et toujours, dans ce combat, si j’ai à vous dire, ce sera avec courtoisie, même si certains de mes propos doivent rester fermes. Il est grand temps que nos compatriotes qui les utilisent abandonnent définitivement les termes injurieux qui les déshonorent.

Une militante de toujours, qui a tout donné à son pays, ayant lu ma brève chronique publiée dans l’Agence Bretagne Presse sur les campagnes d’injures dont j’ai été moi-même l’objet à plusieurs reprises, dans laquelle je fustige les injurieurs anonymes, m’écrit ceci, le …

« Nul ne peut s’auto-déclarer le plus injurié, le plus malmené sans avoir auparavant mené une enquête. Que vous ayez été injurié, cela ne m’étonne nullement, car j’ai eu l’occasion depuis quelques six années de mesurer la stupidité d’un grand nombre de nos compatriotes. Plus ils sont bêtes et plus ils sont méchants, plus il faut s’en méfier. J’ai personnellement subi de la part d’un nombre incalculable de Bretons les attaques les plus invraisemblables et les plus sournoises. Je ne vous donne pas de détails …..  ils ont dévasté ma vie privée, ma vie familiale, ma vie relationnelle et ma vie sociale. J’ai du mal à m’en remettre d’autant que rien n’est réellement fini. Je ne prétends pas pour autant figurer sur aucun livre des records. Les records ne m’intéressent pas, et surtout pas celui-là, pas plus que les médailles ne m’intéressent. Je demande simplement le droit d’exister et le droit au respect. Apparemment c’est encore trop demander. Comme vous, inlassablement je dénonce les violations de nos droits par l’Etat Français. Mais les Bretons sont tellement conditionnés qu’ils ne comprennent pas l’intérêt et même le devoir qu’ils ont de faire respecter leurs propres droits. C’est pourquoi ils sont si méchants. C’est vrai aussi, les choses changent, petit à petit. Je le constate chaque jour davantage, heureusement. Je vais aller faire un tour sur votre blog puisque vous m’y invitez.
Bon courage. Mais dites vous que les insultes ne salissent que ceux qui les profèrent.
Amicalement. »

 

DES MEDIAS FRANCAIS PLUS ENCORE BRETONS, CORROMPUS ET ACHETES PAR L’ARGENT.

 

Le livre phare de Jean-Yves LE GALLOU, LA TYRANNIE DES MEDIATIQUE (Via Roma, Versailles 2013, 23 euros), sera analysé dans une autre chronique. Cet homme est breton; plus français que breton, ce qui est son droit strict. Il est réputé honnête, et d’avoir des principes moraux plutôt intransigeants. Il n’a ni tué, ni volé, ni été emprisonné : DONC, selon les journaleux des merdias achetés et vendus par les minables qui tiennent le pouvoir à Paris : c’est un salaud…. Il a entrepris, depuis de nombreuses années, de scruter, de disséquer ce qu’il appelle la « Médiacratie » ..

(Soit dit en passant, vous ne verrez jamais Jean-Yves LE GALLOU dire le moindre bien de Louis MELENNEC : sur ce chapitre, ils sont bien pareils !) …

A suivre, donc ..