Archives du mot-clé s

LA SODOMISATION DE LA BRETAGNE PAR LA FRANCE, DEPUIS CINQ SIECLES. DECLARATION COMMUNE DES NATIONS INCLUSES DANS L’HEXAGONE « FRANCAIS » SANS LEUR CONSENTEMENT.

EXTRAIT DE L’INTERVIEW DONNEE PAR LOUIS MELENNEC AU MEDIA INTERNET GATSBY ATARAXIE :

 

https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#safe=off&q=gatsby+m%C3%A9lennec

 

Lecture impérativement recommandée :

L’exil oublié des juifs des pays musulmans, de Moïse Rahmani, préface d’Alexandre del Valle.

 

LES BRETONS ET LES JUIFS. UNE DISCRIMINATION SCANDALEUSE ENTRE LES GENOCIDES JUIF, ARMENIEN, BRETON, VENDEEN ET LES AUTRES.

Je suis contre tous les mensonges. J’ai recommandé maintes et maintes fois la lecture d’ouvrages fondamentaux sur l’histoire des Juifs (ceux de Albert Memmi, en particulier),  et les travestissements de cette histoire, souvent par le Juifs eux-mêmes, soucieux de ne pas se « brouiller » avec les pays dans lesquels ils vivent, le Maroc, par exemple. Tous mes amis Juifs ont reçu le livre bleu de la Bretagne : aucun n’a accusé réception. Si, deux : une doctoresse parisienne : « C’est vrai, j’approuve vos écrits ». Sans plus. Une magistrate « amie », depuis de longues années, qui m’adresse les photos d’une vitrine brisée en public en Bretagne. Surpris, je lui demande des explications. Elle me répond avec ce commentaire incisif : « Je n’approuverai jamais les terroristes « . Je l’interpelle, et lui réponds, d’une manière fort sèche  : « Vue la délicatesse dont vous faites preuve à l’égard des Bretons, dont vous ne pouvez ignorer les massacres dont ils ont été victimes, puisque vous aussi avez lu le Livre Bleu de la Bretagne, que diriez vous si je vous rappelle, pour ces quelques vitrines brisées, les massacres affreux  de Chabra et Chatila ? Et ceux des enfants tués récemment dans la bande de Gaza par vos fusées ? Je m’attendais de votre part, à un déluge de compassion ». Me voila renseigné.

Pour autant, je rappelle souvent cette phrase de Herbert Pagani, Juif et fier de l’être :

« les Bretons sont les Juifs de la France … »

Et celles de Hazo Nétanel, qui fut président de l’association Bretagne Israël :

« Je suis toujours avide des leçons d’histoire du docteur Mélennec. Que de régressions, de persécutions, de tueries perpétrées à l’encontre de ce peuple qui veut légitimement vivre sa culture, sa langue, dans son propre pays ! C’est un miracle qu’il soit toujours debout. La pugnacité, l’opiniâtreté ne sont pas de vains mots pour désigner les Bretons. Les Juifs ont les mêmes qualités … Les nouveaux médias changent la donne. Vos recherches qui étaient mises au ban, sont maintenant publiées. »

Ecrites par des Juifs informés et responsables, qui savent ce que sont les génocides, et les souffrances d’un peuple, Je  répèterai ces phrases des dizaines, des centaines, des milliers de fois, pour qu’elles soient bien entrées dans les têtes : elles sont des épées tranchantes, des paratonnerres, qui fusillent les poltrons qui se taisent, les merdias français – et bretons qui sont au courant de tout, mais qui ne disent rien, qui couvrent de boue les collabos bretons qui, plutôt de d’ouvrir leurs museaux de carpe, préfèrent, pour la honte de leur pays, continuer à percevoir les grasses prébendes  qu’on leur verse, avec nos impôts bretons, volés dans nos poches ».

 

LOUIS MELENNEC, docteur en droit, historien de la Bretagne.

A suivre ………..


– GATSBY ATAPRAXIE : « Vous proposez un projet de DECLARATION COMMUNE, auquel adhèreront ceux qui voudront y adhérer..? « 

– Louis Mélennec : « LA BRETAGNE EST SODOMISEE collectivement par la France depuis cinq siècles. Les citoyens bretons sont collectivement sodomisés par leurs « élus », qui s’engagent à les servir et à servir la Bretagne, mais qui les trompent, sans aucun scrupule, trahissant leurs promesses électorales, leurs électeurs, leur pays, les « avantages » qui leur sont concédés en échange par la marâtre France étant considérables : voyez l’affaire de Nantes, qui vient enfin de faire éclater la vérité au grand jour, et qui les a montrés, rampant dans la fange comme des reptiles. Vous savez sûrement que Marilyse Lebranchu vient de se faire décerner le prix de l’infamie bretonne pour 2014 ? Il y avait deux autre favoris, qu’on espère voir couronnés l’an prochain : Le Drian, et surtout Ayrault. Cette histoire ne fait que commencer. La prise de conscience des Bretons progresse à  grande vitesse ….

Notre projet de Déclaration commune pourra être modifié pour y inclure les Alsaciens, les Savoyards et Niçois, les Basques, les Corses, les Flamands, les Catalans, s’ils le souhaitent : nous sommes des démocrates absolus, nous ne manions pas le fouet comme nos voisins …. Cette déclaration n’est pas née dans mon cerveau : c’est une énumération de NOS DROITS, tels qu’ils sont définis par l’espèce humaine évoluée, c’est à dire par le droit international. Nous savons très bien que l’instinct destructeur de certains de nos compatriotes va les pousser (alors même que ces principes sont établis et ne dépendent pas de nous, mais qu’ils sont l’expression du droit), à y faire obstruction, comme d’habitude…, mais la majorité de nos jeunes a maintenant accédé à la majorité politique, très affirmée encore. Ce sont eux qui vont construire la Bretagne Nouvelle.

DECLARATION COMMUNE DES NATIONS INCLUSES SANS LEUR CONSENTEMENT DANS L’HEXAGONE « FRANCAIS ».

1 – La BRETAGNE EST UNE NATION BEAUCOUP PLUS ANTIQUE QUE LA FRANCE.

2- C’EST PAR UN ABUS DE DROIT MONSTRUEUX, et de plus RIDICULE, que la France, USANT DE LA FORCE et faisant violence aux droits des peuples et des consciences, a prétendu interdire aux Bretons de s’intituler Nation. Le peuple breton est décrit en long, en large et en travers par les auteurs de l’antiquité, en particulier par Jules CESAR. La nation française n’a commencé à exister qu’à partir du 12ème siècle, au plus tôt.

3 – Une nation ne se crée ni par la loi, ni par la violence : ELLE EXISTE OU N’EXISTE PAS, UN POINT, C’EST TOUT. La France actuelle est en déliquescence, PAR LA FAUTE DE SA GOUVERNANCE EXECRABLE et INCOMPETENTE, au détriment catastrophique et douloureux des Français.
En 1789, violences sur violences leur étant faites, les représentants Bretons ont protesté avec une extrême énergie contre les crimes de LESE-NATION commis par la France à l’encontre de Notre Pays et de nos Institutions séculaires. Jamais les Bretons n’ont consenti aux monstruosités décrétées contre eux à Paris, par des dérangés mentaux.
En 1793 et en 1794, un génocide a été perpétré par les armées françaises, sur ordre de Paris, en Bretagne et en Vendée. Cette qualification de crimes reste tout-à-fait d’actualité. La Bretagne en tirera les conséquences lorsqu’elle aura récupéré la totalité des droits nationaux et internationaux.

4 – LES DROITS DES NATIONS – fussent-t-elles minoritaires, ce qui n’est pas le cas pour la Bretagne qui est majoritaire chez elle – sont très clairement définis par le droit européen, le droit international, et les principes généraux du droit. Faisant partie des principes fondamentaux de l’espèce humaine, ils s’imposent à tous. LA FRANCE, QUI VIOLE CES PRINCIPES QUOTIDIENNEMENT en Bretagne, au Pays basque, en Corse, en Savoie et à Nice, est hors la loi, et passible de sanctions internationales graves, qui tôt ou tard, lui seront appliquées. L’ONU, l’Unesco et autres institutions ont été saisies de longue date de ces violations, et ont donné raison aux plaignants. L’un des crimes les plus graves à l’encontre de ces Nations incluses dans l’hexagone « français » : la destruction, l’éradication méthodique
de langues anciennes, place les responsables de ces destructions au rang des barbares qui viennent de détruire les trésors de l’Assyrie à Mossoul.

5 – LES DROITS INCONTOURNABLES DES NATIONS, telles que définies par le droit international, sont les suivants :
– Les hommes et les femmes qui composent ces Nations ont un droit imprescriptible à leur langue, à leurs coutumes, à leurs usages, à leur culture, à l’enseignement de leurs traditions;
– Ils ont le droit d’ exprimer leur attachement à leur Nation par leurs symboles nationaux, ou par tous autres moyens;
– Il est strictement interdit aux pays exerçant l’autorité publique de modifier en quoi que ce soit les limites du territoire des nations en cause. Les votes séparant la Loire Atlantique et Nantes de la Bretagne sont, en droit international, NULS ET DE NUL EFFET.
– Le droit des peuples à disposer d’eux mêmes et de leur destin est sacré.
– Les Etats qui exercent l’autorité sur le territoire de ces nations doivent veiller, à peine de se mettre en faute au regard du droit international, à faire respecter ces principes.

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

 

Le bon docteur LOUIS MELENNEC, licencié et docteur en droit, diplômé d’études supérieures de droit public, de droit privé, de sciences criminelles, ex-consultant près le médiateur de la république (française).

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

NOUVEL ARTICLE, EN PROJET (INTERVIEW EN COURS).

 

LA BRETAGNE FACE AUX VIOLATIONS CRIMINELLES DES DROITS DE L’HOMME PAR LA FRANCE

 

– 1 – LE DRAPEAU NATIONAL BRETON BAFOUE.

 » Est-il exact que M. Manuel VALLS, premier ministre du gouvernement (français), est venu en Bretagne, et a interdit la présence des drapeaux de la nation bretonne, à l’extérieur et dans la salle, en compagnie de Jean-Yves Le Drian, ex-président de la région Bretagne, celui-ci ayant cautionné cette infamie par sa présence ? Si cette information est vraie, il faut la vérifier, car elle est gravissime, tant pour la réalité des faits, que pour Le Drian. Les Bretons doivent en savoir plus sur M. Le Drian, s’il a l’intention de se représenter en Bretagne, et surtout par quels moyens il entend s’y prendre « .

Le gouvernement français, totalement dépassé par toutes les situations, a pour ambition d’interdire l’usage de leurs symboles nationaux par les nations dites « minoritaires » incluses dans l’hexagone français sans leur consentement.

A Rennes, il y a peu, Jean-Yves LE DRIAN a cautionné par sa présence l’interdiction du drapeau  breton dans une réunion publique présidée par un étranger de Paris.

Des mairies ont été sommées d’enlever notre drapeau national de leur façade, par des fous. (Voyez ci-après). Le bruit court que des paysans ont acheté quelques camisoles de force : des fois que des agités de la ciboule, venus de Paris, passeraient par là !

Il y a peu, les Alsaciens se sont vus jeter à la figure qu’ils ne sont pas un peuple : jugez de l’effet produit ! Les Catalans du sud de la France veulent consulter leur population démocratiquement sur leurs sentiments nationaux : menaces d’emprisonnement … Et ainsi de suite.

Franco faisait emprisonner les Catalans surpris à parler en public leur langue nationale. Le premier ministres français, d’origine catalane, fait pareil : mettre en garde à vue les Bretons qui arborent leur drapeau national. Un groupe de Bretons vient d’écrire au gouvernement espagnol, qu’un catalan de pure souche veut interdire aux Bretons de brandir leur drapeau national, et qu’il importe, attendu que France est professeur agrégé et docteur en droit de l’homme, que l’Espagne interdise aux Catalans de se servir de leur drapeau national chez eux. Assez de désordre comme cela !

Ce que nous avons appris étant incroyable, nous avons voulu être mieux informé. Plusieurs réactions nous parviennent :

Première réponse : Adsav. http://blog.adsav.org/5413/valls-bretagne-gwenn-ha-du/

Deuxième réponse, d’un journaliste furieux d’avoir assisté à cette scène à RENNES. Extraits de sa lettre.

« J’ai vu de près Valls, Belkacem et le Drian lors de leur visite ici, à RENNES. Le Drian appartient à cette catégorie de vieux bretons, de cette période du vingtième siècle, de ces Bretons qui ont reçu des coups, de chiens couchés auxquels Paris a appris à obéir à ses maîtres (un loup domestiqué, comme la majorité des Bretons). Valls a, durant tout ce meeting, vanté l’idéologie de ce multiculturalisme à outrance, comme un programme pour mélanger encore nos populations et nos terres. Pourquoi donc vouloir à tout prix mélanger le peuple de France ? Sil doit y avoir mélange, cela doit se faire naturellement, et non par un programme imposé à la population, qui n’en veut absolument pas. Pas plus que les autres, cet homme n’a aucun droit de se substituer à la volonté populaire, qui commande seule. ….. Ouest-France, France 3, Région, l’AFP ont eu le droit de suivre Valls lors de sa visite dans une entreprise. Dans la salle du meeting, les gens présents sont venus sur invitation, surtout des retraités, d’anciens fonctionnaires, enseignants, assistances sociales … Dehors, le peuple de la ville attendait, dans l’espoir de rencontrer l’élu du pays. Mais il ne vint pas les saluer. Valls le socialiste ne touche pas la main du peuple. Connaissant bien les meeting politiques allemands, c’était ridicule. Chez les Allemands, on ne sent pas cet esprit de soumission, comme ici en France…. En tout cas à Rennes, je n’ai pas vu sur l’estrade le drapeau breton, mais le drapeau français, celui des USA, celui de l’Union européenne. Valls aurait-il interdit le drapeau breton ? Qui peut s’arroger le droit de nous interdire de faire flotter notre drapeau national sur notre territoire ? »

Troisième réaction, de Breizh Info :  » Pour Rennes, nous n’avons aucun renseignement précis. Mais Adsav a publié des incidents de cette nature, avec des menaces pour les porteur de drapeaux, qui ont été interpelés. »

Quatrième réaction : Communiqué du Mouvement autonomiste alsacien, lu dans 7 seizh.

« Dans la nuit du 8 au 9 octobre 2014, des patriotes alsaciens ont descendu les drapeaux des quatre mâts situés devant l’entrée de la forteresse Hohkönigsburg, restaurée il y a un siècle par le grand Bodo Ebhardt, pour y hisser les vraies couleurs historiques de l’Alsace : le Rot un wiss. Ces actions symboliques sur les lieux historiques alsaciens se multiplient depuis que le gouvernement français a décidé de faire disparaître l’Alsace dans une mégarégion. Ce projet de fusion est la conséquence logique d’un long processus de destruction de l’identité alsacienne. La France a bafoué notre constitution, piétiné nos institutions, nié notre histoire au point que notre peuple l’ignore presqu’entièrement, elle a éradiqué notre langue et pour finir, elle veut faire disparaître jusqu’au nom même d’Alsace pour que le crime soit parfait. …  Pire, vous avez même peur du vrai nom de notre pays : Elsass ! »

Cinquième réaction, d’un lecteur furieux.

« Pour Pontivy c’est sûr, pour Lorient aussi. Dès qu’il y a visite des politiques, les drapeaux doivent être confinés avec leurs porteurs, les gardes mobiles veillent à ce qu’ils ne soient pas visibles. Nous sommes bien dans une dictature. Ce sont des Bretons qui sont reçoivent ces ordres infâmes. »

Le gouvernement français accumule les erreurs : merci la France, tout ceci va sûrement stimuler les intéressés à affirmer leur identité, plus ancienne et plus puissante que celle des Français. J’ai écrit à ce journaliste familier des meetings allemands, que cet esprit de soumission n’existait pas sous la férules des rois de France, les Etats de Bretagne et le Parlement de Bretagne, sous ces monarques, ne manquant jamais une occasion de leur rentrer dans les plumes. La soumission de la Bretagne, je le répèterai jusqu’à ce que mort d’ensuive, est une conquête géniale de l’invention des droits de l’homme par la France de 1789. L’eslavage breton date de cette année là.

2 – LA LANGUE BRETONNE EST MORTE. ASSASSINEE.

Notre langue vient de loin. Elle est l’héritière des langues brittoniques parlées par les Bretons de la Bretagne antique, aujourd’hui dénommée Angleterre.

Les rois de France ne se sont jamais préoccupés de la langue bretonne. Les persécutions ont commencé, sur une grande échelle, lors de la prétendue révolution dite « des droits de l’homme », dès 1789. Elles se sont poursuivies jusqu’à 1950 au moins. Mes parents en ont souffert affreusement. J’en ai été le témoin dans ma petite enfance.
Des insultes hallucinantes sont déversées sur les Bretons, jusqu’à aujourd’hui. ..

Franco faisait emprisonner les Catalans surpris à parler en public leur langue nationale. En Bretagne, nos parents, nos grands parents, nos arrière-grand parents, pour cause de ne connaître et de ne parler que la langue de leurs ancêtres, ont reçu des coups de règles sur les doigts, des coups de pieds, ils ont subi de longues séances au piquet, des humiliations publiques, l’interdiction d’aller faire leurs besoins naturels, durant les classes, lorsqu’ils ne savaient pas en demander l’autorisation en français; certains ont été privés de la communion, des dénonciations ont été faites aux parents par les instituteurs de la république; des objets grossiers ont été attachés au cou des enfants, pour les humilier, ce qui était facile (dans un village, une ardoise comportait  l’inscription : »Breton = cochon ») …Il y a même eu des visites des gendarmes chez les parents, pour les intimider !!! Ces pratiques du pays des droits de l’homme ont duré jusqu’en 1940 !

Un imbécile a même dit que le breton était la langue de la collaboration, alors qu’il est notoire qu’aucun allemand ne parlait le breton, que beaucoup parlaient le français, que la collaboration s’est faite en français exclusivement, et que c’est un Français qui a serré la main de Hitler à Montoire, non un Breton ! Qui est l’imbécile ? Ne cherchez pas longtemps : il n’y en a qu’un qui puisse proférer de telles âneries, il en a bien d’autres à son actif. La France n’en produit qu’un par siècle. Après sa mort, il faudra l’empailler et exposer sa dépouille dans une vitrine du  musée de l’homme. Un autre : « Derrière tout Breton, je vois un nazi ». On me dit que c’est Bernard Henri Lévy : je n’en suis pas absolument sûr, mais je lui poserai publiquement la question lorsque je le rencontrerai. Non, ce n’est pas Charles Pasqua : lui est un homme distingué et d’une élégance raffinée, comme chacun le sait; d’ailleurs, il a été condamné à des peines de prison, comme messieurs Chirac et Mitterrand fils; il s’est contenté de dire : « Les Bretons, c’est comme les cochons » : vous voyez !

M. Yves LE GALLO, professeur émérite de civilisation de la Bretagne, a écrit ces phrases terribles, menaçantes pour la survie du colonisateur en Bretagne :

» La langue bretonne connut un dernier avatar : après qu’elle eût été l’idiome de la régression sociale et de l’arriération intellectuelle, on en fit CELUI DE LA TRAHISON. La nouvelle censure – toutes tendances politiques confondues -, frappa désormais de flétrissure toute forme d’action bretonne, fût-elle seulement culturelle …… L’éternel jacobinisme multiforme crut pouvoir achever de ruiner l’idée bretonne …… à partir de 1941, avec confirmation en 1960, ON FIT PASSER DANS UNE REGION DES PAYS DE LOIRE, la ville de NANTES et son département de » Loire Atlantique » ……

L’Espagne a combattu les langues nationales locales à diverses époques : elle n’en a tué aucune. La France a combattu les langues nationales de l’ « hexagone » à partir de la révolution dite des droits de l’homme. En 2015, à part quelques débris, elle les a tuées toutes : voyez la différence d’efficacité dans la répression, et la sauvagerie dans les résultats ! Le Maréchal Franco, persécuteur du catalan et de la Catalogne, aurait été bien inspiré de prendre des leçons auprès de la république des droits de l’homme : il ne l’a pas fait, sous ses airs bravaches et bougon, il était un enfant de choeur, une âme tendre.

 

3 – Quelle stratégie recommandez vous?

Louis Mélennec : « Simple, simplissime : le droit, le droit, le droit, seulement le droit, rien que le droit. Gandhi était un pacifiste. Je le suis aussi, à un degré extrême. Je suis juriste depuis un demi-siècle, et je connais l’histoire du monde. Dans notre situation, il n’y a qu’une stratégie possible : la bonne. Le droit international, le droit européen sont pour nous, à 100 pour 100. La France, elle, n’a pas un seul argument pour sa défense. Cela nous laisse des possibilités d’action considérables, si nous savons nous en servir.

Je crois que nous savons.

Il y a chez les Bretons une très ancienne tradition de savoir manier le droit. Abélard, breton, fut le plus grand théologien et juriste de son temps. Saint Yves, breton, est le patron des avocats. Je passe aussi, en France, pour être un juriste respectable. Du 13ème siècle à 1789, le combat entre la Bretagne et la France a été essentiellement juridique : les Français ont été renvoyés dans leurs cordes un nombre incalculable de fois. Vous voyez que j’ai de solides références nationales. Mais à partir de 1789, les cerveaux des Bretons ont été aplatis avec une énorme machine à repasser, effrayante : ils ont fini par ressembler à des galettes dans lesquelles les circonvolutions cérébrales avaient disparu. Chez certains d’entre nous, les cellules cérébrales peuvent se régénérer, comme vous pouvez le voir. L’air de la mer ? L’iode marin ? Chez d’autres, très connus, le cerveau reste désespérément plat : souvenez vous de la fable du savetier et du financier, de la chanson, du proverbe : ce sont ceux qui, ayant les moyens de parler, se taisent : l’argent ne fait pas le bonheur, bien mal acquis ne profite jamais  … Ils paieront un jour.

Vous ne connaissez rien de tout cela ? Simple encore : si internet n’existait pas, le pays des droits de l’homme n’aurait pas publié une seule ligne de ce que vous lisez ici. Les journaux bretons « subventionnés » non plus. N’est-ce pas terrifiant ? Comprenez vous pourquoi je suis solidaire du peuple français ? Et pourquoi les Anglais écrivent : « La France n’a jamais connu la démocratie » ?

 

4 – PACIFISME.

J’ai maintes et maintes fois recommandé avec insistance de ne jamais commettre d’agressions, de destructions, de violences d’aucune sorte, mêmes verbales. La France n’est pas chez elle en Bretagne, elle sait, tout le monde sait aujourd’hui comment le voleur s’est introduit dans la maison. Aussi cogne-t-elle très dur, pour tenter d’arrêter le processus de libération des esprits. La vérité ne peut que progresser : elle est partout sur Internet. J’ai milité en temps utile, pour qu’on ne commette pas  d’actes violents lors du soulèvement des Bonnets rouges, ni en aucune circonstance. L’idée de jeter des oeufs pourris sur la maison de Jean-Marc Ayrault était amusante; voire excellente, dans un autre contexte; c’était vraiment très peu de choses au regard de ce qu’il a fait pour débretonniser Nantes et la Loire Atlantique; mais il ne fallait surtout pas passer aux actes! (1) La France tient le manche de la cognée, et s’en sert durement, même si c’est elle qu’on devrait frapper, ce qui est le cas ici : elle a sur le territoire « hexagonal », encore aujourd’hui, le monopole de la force. Et les Bretons sont un peuple pacifique, une victime toute désignée, car ils ne se battent pas avec cette sorte d’armes, vulgaires et immorales. Ce sont des doux, des timides, des sentimentaux. Leur naïveté fait d’eux des êtres crédules, car ils ne mentent pas – ou très peu. Le grand RENAN a décrit ces caractéristiques psychologiques avec beaucoup de pertinence : je confirme cette analyse, comme bien d’autres auteurs,  dont mon ami Yann Brekilien.

(1) Extrait de ma lettre adressée le 4 mars à un ami Breton :

« Vous gagneriez à avoir un solide juriste pour mettre vos prises de position – que j’approuve, quant au fond –  en conformité avec le droit international, et les rendre inattaquables. Les termes à utiliser, pour cela, exigent un savoir approprié.

La destruction du portique lors des manifestations bretonnes de 2014 fut désastreuse, car inéluctablement vouée à être utilisée et amplifiée par un Etat qui viole quotidiennement le droit international en Bretagne, sans aucun scrupule, lui. La confection de fausses plaques de voiture par un autonomiste savoyard fut une grave erreur, pour la même raison. Idem pour les oeufs pourris jetés sur la maison de Jean-Marc Ayrault, ex-maire de Nantes. Les Bretons ont en face d’eux un Etat résolument non démocratique, qui exploite et manipule tout ce qui lui tombe sous la main, quoique tous savent maintenant comment la France s’est introduite en Bretagne, et comment elle s’y maintient : par les pions qu’elle a placé partout. N’oubliez pas qu’elle détient encore le monopole de la répression, et qu’il ne faut pas lui donner l’occasion de s’en servir. Au regard du droit, notre attitude doit être irréprochable. »

Il y a vingt ans au moins que je le répète : BATTONS NOUS AVEC FUREUR, mais en respectant le DROIT, puisqu’il est entièrement pour nous, comme il l’était dans les ex-colonies françaises.

5 – LES MANIPULATIONS DE LA FRANCE.

La France est un pays menteur, et manipulateur. C’est l’inverse de la Bretagne. La manipulation des esprits nous inspire une horreur quasi-absolue; c’est pour nous l’un des actes les plus vils que puisse commettre un être humain; tromper autrui est, pour nous Bretons, plus que dégradant.

Il y a aussi des cons chez nous, et même en grand nombre. Mais globalement, nous sommes des naïfs, et nous respectons des principes qui nous viennent de de la civilisation du roi Arthur et des chevaliers de la table ronde. (Je ne parle évidemment pas des politiques, qui sont une autre espèce, non humaine, à quelques exceptions près, bien sûr).

Pendant la guerre 1939-1945, quelques malheureux ont cherché le salut du côté de l’Allemagne. Nous n’avons jamais eu de contentieux avec l’Allemagne, qui fut notre alliée durant les dernières guerres d’indépendance. Le futur empereur Maximilien, alors roi de Rome, a été le premier mari d’Anne de Bretagne, de 1490 à 1491, précisément pour mettre notre pays à l’abri de la France. Ce mariage fut négocié et conclu par le gouvernement breton, en négociations avec la Cour impériale depuis des années. Sur son lit de mort, notre Duchesse faisait encore des plans pour marier l’une de ses filles au petit fils de Maximilien, l’illustre Charles de Gand, futur Charles Quint, qui a régné sur presque toute l’Europe, et sur les Amériques. Pour la même raison : soustraire son pays à l’ogre français.

La démarche de ces Bretons de 1940 était largement légitime, car la guerre franco-allemande n’était en rien notre guerre; 200 000 de nos jeunes sont morts dans le conflit ignoble de 1914-1918. La perte globale est effrayante : ces jeunes auraient été des pères, et auraient engendré 200 000 enfants. Cette saignée n’a jamais été réparée. Le nationalisme furieux, furibard, imbécile de la France, a conduit ce pays à tuer des millions de personnes (je dis : des millions de personnes), sur tous les continents. Notre nationalisme à nous a eu à son passif quelques victimes seulement, quelques vitrines brisées. Voyez avec quelle habileté diabolique la France orchestre des campagnes régulières contre les nationalistes bretons, qui sont des idéalistes pacifiques presque tous ! A Nantes, en 1793-1794, 4000 personnes ont été noyées dans la Loire, dans des conditions atroces, par les Français; des hommes ont été émasculés, d’autres dépecés, pour transformer leur peau en cuir destiné à confectionner des culottes pour les officiers français; un quart des habitations ont été détruites par ces tortionnaires sanguinaires en Loire Atlantique : voyez les différences ! Le martyre de Nantes et de la Loire Atlantique, bafoué par sa mairie de Nantes depuis plusieurs décennies, et par les parlementaires en 2014, fait que ce département est le plus cher à notre coeur. Mais ce sont les Bretons qui sont montrés du doigt, par une France des droits de l’homme qui a honteusement confisqué les médias pour mentir.

Durant la guerre 1939-1940,  La France a connu un nombre de collaborateurs très important. Nous ? Quelques centaines peut-être ? Voyez le parti hypocrite et menteur que la marâtre continue à tirer, avec une habileté pernicieuse, en orchestrant contre les Bretons des campagnes d’une bassesse incroyable, pour tenter de faire croire que c’est nous qui avons collaboré !

 

6 – LA LANGUE BRETONNE EST MORTE. ASSASSINEE.

Notre langue vient de loin. Elle est l’héritière des langues brittoniques parlées par les Bretons de la Bretagne, l’Angleterre actuelle ..

Les rois de France ne se sont jamais préoccupés de la langue bretonne. Ils l’ont laissée en paix, comme l’une des langues les plus anciennes de l’humanité. Les persécutions ont commencé, sur une grande échelle, lors de la prétendue révolution dite « des droits de l’homme », dès 1789.
Des insultes hallucinantes ont été déversées sur nous, jusqu’à aujourd’hui…

Franco faisait emprisonner les Catalans surpris à parler en public leur langue nationale. En Bretagne, nos parents, nos grands parents, nos arrière-grand parents ont reçu des coups de règles sur les doigts, des coups de pieds, ils ont subi des séances au piquet, des humiliations publiques, l’interdiction d’aller faire leurs besoins naturels, à l’école, lorsqu’ils ne savaient pas en demander l’autorisation en français, des dénonciations aux parents par les instituteurs de la république ….  des objets grossiers ont été attachés au cou des enfants, pour les humilier, ce qui était facile avec des êtres aussi sensibles (dans un village, une ardoise avec l’inscription « Breton = cochon) …Il y a même eu des visites des gendarmes chez les parents, pour les intimider !!! Ces pratiques du pays des droits de l’homme ont duré jusqu’en 1940 !

Un imbécile a même dit, il y a très peu d’années, alors que les Allemands parlaient le français, et que la collaboration s’est faite en français exclusivement, que le breton était la langue de la collaboration ! Qui est l’imbécile ? Ne cherchez pas longtemps : il n’y en a qu’un qui puisse proférer de telles âneries, il en a bien d’autres à son actif : la France n’en produit qu’un par siècle. Lorsqu’il passera de vie à trépas, il faudra l’immortaliser en l’empaillant et en exposant sa dépouille dans une vitrine du musée des droits de l’homme. Un autre : « Derrière tout Breton, je vois un nazi ». On me dit que c’est Bernard Henri Lévy : je n’en suis absolument pas sûr, mais je lui poserai publiquement la question lorsque je le rencontrerai. Non, ce n’est pas Charles Pasqua : lui est un homme distingué et élégant : il s’est contenté de dire : « Les Bretons, sont comme les cochons » : vous voyez !

M. Yves LE GALLO, professeur émérite de civilisation de la Bretagne, a écrit ces phrases terribles, menaçantes pour la survie du colonisateur en Bretagne :

» La langue bretonne connut un dernier avatar : après qu’elle eût été l’idiome de la régression sociale et de l’arriération intellectuelle, on en fit CELUI DE LA TRAHISON. La nouvelle censure – toutes tendances politiques confondues -, frappa désormais de flétrissure toute forme d’action bretonne, fût-elle seulement culturelle …… L’éternel jacobinisme multiforme crut pouvoir achever de ruiner l’idée bretonne …… à partir de 1941, avec confirmation en 1960, ON FIT PASSER DANS UNE REGION DES PAYS DE LOIRE, la ville de NANTES et son département de » Loire Atlantique » ……

L’Espagne a combattu les langues nationales locales à diverses époques : elle n’en a tué aucune. La France a combattu les langues nationales de l’ « hexagone » à partir de la révolution des droits de l’homme. En 2015, à part quelques débris, elle les a tuées toutes : voyez la différence d’efficacité dans la répression, et la sauvagerie dans les résultats ! Le  Maréchal Franco, persécuteur du catalan et de la Catalogne, aurait été bien inspiré de prendre des leçons auprès de la république des droits de l’homme : il ne l’a pas fait, sous ses airs bravaches et bougon, il était un enfant de choeur, une âme tendre.

 

7 – DROITS DE L’HOMME.

« Que reste-t-il de cette légende : la France a inventé des droits de l’homme ? »

LOUIS MELENNEC : « Rien, rien, rien : le souvenir amer de l’imposture. Un réveil douloureux pour ces braves Français, qui ont toute ma sympathie. La légende française, ridicule, va beaucoup plus loin : la France – paraît-il -, a apporté la liberté au monde ! ! ! ! Peut-on imaginer rien de plus grotesque ? Les invraisemblances des pieds nickelés actuels contribuent chaque mois à leur ouvrir les yeux, par leur bêtise; mais tant de sottises accumulées, dans tous les domaines, les laissent encore incrédules. A l’étranger, c’est toujours la même question : mais que se passe-t-il donc en France ??? On rit, on se moque; mais on a peur : le déclin de la France concerne toute l’Europe. Sur le terrain du bordel généralisé, la France est en train de surpasser notre sympathique voisin italien.

La France n’a rien inventé dans le domaine des droits de l’homme. En 1789 elle était très en retard sur la Hollande, la Grande Bretagne, les Etats-Unis, combien d’autres pays encore ? Elle a manipulé, elle a menti, elle a trompé tout le monde, y compris de très nombreux pays étrangers. C’est tout. Ce mensonge est maintenant connu de beaucoup. Je m’honore d’être de ceux qui ont contribué à faire éclater la vérité. Le compte à rebours a commencé. Vivement que la Bretagne contribue à faire avancer les choses : par nos misères accumulées depuis cinq siècles, nous savons plus que les autres, nous avons un DEVOIR vis-à-vis de nos concitoyens de la planète. Il reste encore une morale, un sens des valeurs chez de nombreux Bretons.

 

8 – LES FRANCAIS. Votre jugement sur les Français, en deux phrases ? 

« Les Français sont un peuple intelligent, éminemment sympathique, créatif, pas raciste du tout; je le sais de source sûre : je vis parmi eux depuis plus de quarante ans; ils ont perdu leur superbe irritante, surtout depuis deux ans, pour les raisons que vous savez; ils sont déprimés; ils souffrent le martyre par la faute des imbéciles que des institutions absurdes leur imposent malgré eux, car ils ne peuvent échapper à des élections trafiquées, arrangées d’avance par ceux qui se partagent le pouvoir. Leur pays est perdu, et voué, hélas, à des conflits meurtriers; ils subissent une politique strictement contraire à leur volonté, de la part de gens qui n’ont leur confiance ni de près, ni de loin. Je demande toujours à mes compatriotes de ne jamais confondre les Français et la France; les premiers ont subi les mêmes malheurs que nous; les gouvernements absurdes de la France sont la cause de nos malheurs communs; on a le droit de détester les seconds, pas les premiers, qui ne sont pour rien dans les abominations commises en Bretagne ».

J’ai répondu à votre question, mais en trois phrases.

9 – Les Savoyards savent-ils qu’ils ont été annexés en 1860, par des malversations grossières, et que le prétendu traité d’annexion dont ils sont victimes est NUL et de NUL EFFET ?

Les Niçois et les Savoyards lettrés ont produit une abondante littérature sur les conditions ignobles dans lesquelles ils ont été annexés. Cette annexion a été déguisée en un plébiscite. J’ai rédigé sur ce thème un article très juridique, pour les aider, en forme de consultation juridique : je suis de ceux qui ne supportent ni les mensonges, ni les infamies.

Voir dans Internet : Mélennec, Savoie, Nice …

 

Quelle dégringolade pour ce pays brillant, dont les gouvernants ont choisi de le faire haïr, alors qu’il avait tant d’atouts pour séduire. La France avait tout pour se faire aimer : elle a choisi le parti inverse : se faire haïr. Le peuple français ne mérite pas cela. Beaucoup de pays pensent maintenant que l’accession de la Bretagne à la souveraineté est inéluctable et prochaine (récemment, le New York Times et d’autres médias …).

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

ECHANGES AVEC LES LECTEURS.

 

Lettre à Monseigneur CENTENE, Catalan, évêque de Vannes (février 2015).

Monseigneur,
Je ne suis ni croyant ni monarchiste.

Mais je suis Breton, ce qui, vous le savez, est un programme écrasant, en même temps qu’une lourde hérédité.

J’ai le plaisir de vous dédicacer ce petit livre bleu de la Bretagne, qui a été téléchargé 100 000 fois, grâce à Internet, dans un climat étourdissant de silence absolu des médias du pays autoproclamé des droits de l’homme.

Je vous serais reconnaissant de vouloir bien le diffuser autour de vous, si vous jugez qu’il en est digne (immodestement, je pense qu’il l’est).

Il est très important, pour notre future démocratie bretonne, que les descendants d’Anne de Bretagne se manifestent dans le débat public, même si la Bretagne n’est pas monarchiste. Ce fut une très grande souveraine, en même temps qu’une grande figure de l’Humanité.

Le débat démocratique qui s’ouvre enfin en Bretagne IMPOSE que toutes les opinions s’expriment. Ce qui sera une première absolue, la France ne nous ayant pas habitué à cela, les médias « bretons » sous « influence » non plus.

C’est avec grand plaisir que j’ai suivi votre initiative d’inviter à Sainte Anne d’Auray l’archiduc Christian d’Autriche, lors du pardon du 26 juillet 2014. Les dirigeants russes ont demandé pardon des crimes atroces perpétrés par leurs prédécesseurs. La France ferait bien d’imiter cet exemple, à genoux, devant les Bretons. Beaucoup de Bretons ne pardonneront pas. Il est des blessures qui ne cicatriseront jamais.

Recevez, Monseigneur, l’assurance de mon respect.

Docteur Louis MELENNEC, ex-consultant près le Médiateur de la république française.